Triathlon de Rennes - Un championnat sous la pluie et le vent !
Numéro 54 - 25 mai 2006


Rédacteur de ce numéro : Valérie Allain, Webmaster, Jean-Marie Le Borgne and Co.

"Carole Péon une championne déçue" : Devancée au final par la Britannique Jessica Harrison, qui sera naturalisée française... mercredi prochain (!), Carole Péon a donc officiellement été couronnée championne de France de triathlon courte distance. Mais la Rennaise n’a pas savouré ce titre à sa juste valeur, à l’inverse de Frédéric Belaubre sacré chez les hommes. Diable qu’il est difficile de se draper du maillot national lorsque vous avez le curieux sentiment d’avoir usurpé le titre. Carole Péon en a fait l’amère expérience hier, qui plus est devant son public.

« Dans ma tête, je termine seconde, a-t-elle reconnu. Jessica a gagné et pour trois petits jours, on la prive du titre. C’est dur... », la faute à l’administration, pas assez prompte à boucler ce dossier. Peu importe ! Néanmoins, Carole Péon et Jessica Harrison ont boudé leur plaisir. L’une comme l’autre ont été flouées : « Si j’avais vraiment gagné, croyez-moi, je serais en train de pleurer de joie en ce moment, a indiqué Carole Péon. Mais là, il faut rester humble, inutile de manifester une joie qui n’est pas totale... ». La Bretonne a tout résumé.

Du côté des hommes, on n’a pas connu ce genre de controverse. Par contre, les triathlètes ont dégusté. Entre les rafales énormes et une pluie quasiment de tempête, les conditions de course se sont avérées dantesques. Sur l’épreuve cycliste, on a ainsi dénombré une quinzaine de chutes pour autant d’abandon, en particulier celui de Blasco qui faisait partie du quatuor de tête au moment de sa fatale glissade.

Cela dit, le meilleur a gagné. Frédéric Belaubre, champion d’Europe en titre, a démontré qu’il faisait vraiment partie du gratin mondial.

Du coté de Lannion Valérie Allain qualifiée en élite (3è à Cesson trois semaines plus tôt) a préféré courrir en "Senior Groupe d'Age". Voici son récit de course honnête et sur le vif. "Les conditions météorologiques étaient trés moyenne. C'était une journée trés ventée mais ensoleillée quand même. On était 290 environ au départ.Le départ en natation se fait à l'australienne, les femmes en même temps que les hommes. Difficile de pas se prendre des coups dans l'eau avec autant de monde. Je sors en même temps que Virginie Mathis de l'eau ( temps= 26'46 =moyen). Aprés un enchainement pas super rapide, je pars pour 5 boucles en vélo . Trés vite je rejoins un groupe de 2 filles, mais râte le bon wagon . Le drafting étant autorisé, et le circuit étant trés plat trés vite des groupes se forment. Je me retrouve dans un groupe de 6 filles ou nous sommes 3 à passer des relais. Je découvre le plaisir de courir avec d'autres nanas du même niveau et c'est le meilleur moment que je garderai de cette course (je me dis que faire des épreuves par équipe avec des filles qui du même niveau ce serait vraiment motivant (allez les filles je vous attends). L'emulation entre nana pendant la course c'était vraiment quelque chose de trés fort à vivre. On se fait rattraper par un peloton de 30 gars sur le 3ieme tour (impressionnant de voir le peloton, on se serait cru sur une épreuve cycliste avec même des bordures dans les parties ventées!). On termine le parcours vélo avec une moyenne de 31km/h (je fais l'erreur pour le dernier tour de tirer trop gros et je vais le payer plus tard ...) pour enchainer 4 boucles de 2.5km à pied . Le parcours est trés plat et contourne l 'étang d'Apigné. Aprés un premier tour de "mise en jambe", j'accélére au deuxième tour et reprends 4 filles. Malheureusement l'amorce du troisième tour est fatale et là grosse défaillance ... Je suis prise de crampes à plus pouvoir avancer (comme à Commana mais puissance 10) . Je me dis que c'est hors de question d'arreter et que je dois finir (plutôt mourrir que d'arreter..). Je bois beaucoup et réussi à estomper les crampes mais elles sont là et dés que j'allonge la foulée elles apparaissent. Je finis à l'arrache et ne pouvant que me lamenter de voir facilement 5 à 6 nanas me dépasser. Quand je vois mon temps (45'15 temps réel) je suis super étonnée, je pensais être plus proche des 55' !!!) . Je finis 5ième dans ma catégorie et 19ième femme au géneral sur une 50 aine Voilà, je résume donc ma course en un mot : dé-ce-vant . Je suis super décue même si c'était pas mon objectif principal mais je garde un trés bon souvenir du vélo et de cette épreuve qui m'a permis de courrir avec des filles de toute la France. Cette course me pousse à une seule chose : demander un mi-temps à mon patron pour pouvoir m'entrainer plus . Faustine Merret qui remporte l'épreuve participait à son premier CD : belle performance ! chapeau Bon entrainement à tous". Pour finir pour le moment avec cette Gazette vous pouvez trouver un reportage photos de cette journée sur le site de [Jean-Marie Le Borgne...]